Séjour à Millau : quelques précautions et conseils santé à ne pas oublier

Le séjour dans certaines destinations, plus que dans d’autres, nécessite une certaine précaution de la part des voyageurs surtout en termes de sécurité et de santé. Sur ce dernier point, même les pays les plus avancés ne sont pas à l’abri des microbes et des éventuelles bactéries qui peuvent causer certaines maladies. La prudence est donc de mise pour ceux qui vont effectuer un voyage en France, notamment à Millau en Occitanie.

Quelques recommandations de base

En général, les maladies peuvent se transmettre de différentes façons. Déjà avant le départ, les tests et les bilans de santé permettront aux voyageurs d’avoir un aperçu général de leur situation et des activités ou produit qu’il faudra éviter pendant le séjour.

La co-infection tuberculose/VIH est en hausse de 40 % en Europe si on en croit les dernières statistiques de l’OMC (Organisation mondiale de la Santé). Un Autotest VIH peut donc servir pour dépister rapidement cette infection qui concerne de nombreux citoyens en France.

À Millau, les périodes de fortes chaleurs sont la saison idéale pour la prolifération de certaines pathologies. Qu’on soit séropositif ou non, c’est toujours utile de se prémunir d’un éventuel problème de santé. Le traitement existe et demeure facilement accessible même dans les communes éloignées.

Période de canicule : se protéger de certaines maladies

En Occitanie et plus précisément à Millau, des systèmes d’alerte canicule et santé ont été mis en place par les autorités sanitaires afin de protéger les habitants et les voyageurs des maladies causées par la période de forte chaleur. Les dispositifs permettront aux vacanciers de se prémunir des crampes musculaires qui sont l’un des phénomènes les plus récurrents pour ceux qui prévoient beaucoup d’activités physiques pendant leur séjour.

Les enfants et les personnes âgées se verront tout de suite épuisés à cause de la canicule et auront besoin d’emporter quelques médicaments, dès le départ, avec l’avis d’un médecin. Les insolations (maux de tête, nausées, fièvres) figurent également parmi les troubles liés à l’effet direct du soleil sur le corps des visiteurs et nécessitent une certaine précaution.

Enfin, les responsables ont récemment adopté des programmes de lutte contre la dissémination du moustique-tigre en Occitanie. L’Aedes albopictus, bien qu’originaire d’Asie, s’est développé de manière spectaculaire dans de nombreuses régions françaises depuis 2004 causant à son passage la dengue, le chikungunya, le Zika ou encore la fièvre jaune. Un dispositif incluant la surveillance entomologique, celle des cas de maladie et la sensibilisation a été élaboré pour rassurer les résidants et surtout les voyageurs.

Les bonnes pratiques à adopter

À l’instar de l’Autotest VIH qui est préconisé avant et après le séjour, d’autres pratiques seront aussi à prendre en considération par les voyageurs. Ainsi, pour éviter les maladies causées par la prolifération du moustique tigre, le mieux serait de porter des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide pour tissus si ces derniers prévoient d’effectuer des escapades en pleine nature.

Les produits anti-moustiques et les moustiquaires seront également indispensables si les visiteurs projettent de camper en forêt. En cas de problèmes et dès l’apparition des symptômes (éruption cutanée avec ou sans fièvre, douleurs articulaires, douleurs musculaires, maux de tête, conjonctivite ou autre), l’idéal serait aussi de demander une assistance médicale au plus vite.

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.